• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Archives pour septembre 2009

Douleurs de l’âme

                                    

                x1pjzf2ryhxru4uf848opi1wdydzafyvmqkvyimeo1julnwkbi2snos0gipmf8hyaednehii3g1cu7qm5czp7fq82h0y7fnfmposvnpvtfskndmepw.gif

            

Je m’enferme au creux d’un idéal songe…  

                                                       

Mais bien vite me rattrape la triste réalité… 

Et toutes ces déceptions ne font que m’enfoncer…     

Larmes sur mes joues doucement coulent…   

Larmes de sang de mon bras lentement s’écoulent…

Alors c’est comme si par ce rouge versé…

Ma tristesse et mes peurs étaient soulagées…

Et chaque goutte qui hors de moi se glisse…

Est comme un doux rêve qui se brise…

Qui peut comprendre cette lancinante peine?

Qui peut accumuler ainsi tant de haine?

Dégout de moi-même, de la vie…

Et pourtant encore en portant ce masque je souris…

Qui pourrait entendre cette douleur incessante?

Qui pourrait alléger cette terrible souffrance?

Et dans ce foutu monde ou tout n’est qu’apparence…

Je côtoies chaque jour la plus grande indifférence…

Les gens tout autour de moi croient me connaître…

Mais ils ne voient de moi que ce que je laisse paraître…

Et chaque pas que je laisse, lentement s’efface…

Ombre,  je sombre, sans bruit m’enfuie, et passe…

 prod363121472.gif

Quelque part au coeur du vieil Angoulême…

plminage3.jpg             

Je m’assois sur le bord de la fontaine
Près de l’étal de mes écrits
Où mes pensées se mettent en scène
Pour t’offrir quelques morceaux choisis   
 

Je deviens acteur et spectateur
Du fabuleux théâtre de la rue
Qui vibre de mille petits bonheurs
Sur des scénarios inconnus    
 

Les gens s’amusent de leurs rencontres
S’exaltent d’éphémères partages
Là où la vie se raconte
Dans la tendresse de citadins paysages    
 

Offrir des petits poèmes
Est un jeu merveilleux
Les mots doux que je sème
Fleurissent au fond de tes yeux       
  

Tu grandis mes espérances
De tes sourires complices
Des sentiments partagés qui dansent
Sur les trottoirs de nos délices
             

prod363121471.gif 

Mais pourquoi donc tout va-t-il si mal ?

 

(Désolé, petit quart d’heure d’amertume…)

Le gros con, c’est le réaliste qui sait que tout le monde va mal, mais pour qui tout va bien parce qu’il a su s’y faire une bonne place.

Le pauvre con, c’est l’idéaliste qui croit que tout va bien parce qu’il admire béatement la réussite du gros con.

Le triste con, c’est le pessimiste qui se persuade que tout va bien tellement il a réussi malgré lui à se résigner au pire.

… Et le doux con, celui que j’aime, c’est l’optimiste qui ose dire que tout va mal parce qu’il sait qu’on peut réussir à changer le monde.

Bien sûr, il y en a plein d’autres! Le sale con, fils du gros con qui ne se demande même plus si le monde va bien ou mal; le petit con, fils du pauvre con persuadé qu’il va réussir mieux que son père; le vieux con, qui se délecte à répéter sans cesse que tout va mal tellement il a besoin de croire qu’avant c’était mieux…

prod36312147.gif



Auteur:

tigrenoir

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« juin   nov »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Pages

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Pro-Ana For Love |
algolefox |
pommepoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | priscilamarien
| emma-g
| bleusalame