… je cherche…

Je cherche le soleil….

Telle une fragile bille de cristal, le monde éclate tout autour.

Je cherche, tu recherches, tous recherchons un but, un idéal à atteindre.

Parcours interminable, accablant.

Déroute et mille détours.

Le fracas du désespoir embrase la nuit.

Le soleil trop las ne se lève plus.

Rupture, doléance et déceptions.

À l’apogée de la tristesse, où suis-je?

 prod363121471.gif

Chut! Je rêve…

 

Rêver,
C’est oublier
La réalité
En se donnant
Un moment de liberté.

     Rêver, c’est se créer un monde à soi
Illuminé par un soleil de joie.
Rêver, c’est toucher la beauté
Mais aussi émouvoir sa sensibilité.


Rêver, c’est broder un poème
Avec la soie d’un je t’aime
Sur le ciel de son coeur
Pour le donner à toutes les douleurs.

Rêver, c’est savoir se mentir
Et transfigurer la souffrance en plaisir.
Rêver, c’est pénétrer dans un autre univers
Où l’on ne voit ni la tristesse ni l’enfer.

                                                     …

 prod363121471.gif

A méditer…

 

t10106la2177nm.jpg 

   

« Le silence des mots, n’a de sens

que face à la beauté des courbes. »

prod36312147.gif

Te jetter des fleurs…

bouquetsderosesmodif.jpg

                   

Tout l’monde cherche un peu l’aventure
Dans ce monde couvert de voitures.
On se laisse des messages avec les yeux.
Tout l’monde veut tomber amoureux.
On tire un peu la couverture sur nos corps couverts de blessures.
On se laisse un peu plus de liberté, tout l’monde aime être aimé.

Je voulais te jeter des fleurs, t’emmener faire un tour ailleurs
Marcher dans les jardins des heures.

Tout l’monde vit de littérature, on écrit sa vie sur un mur.
On se laisse aller pour aller mieux.
Tout l’monde veut un jour être heureux.
     

Je voulais te jeter des fleurs, sentir le parfum du bonheur
Ne plus jamais compter les heures.
    

On s’invente un nouveau futur, on détache un peu la ceinture.
On se laisse faire, on veut des baisers.
Tout l’monde aime être aimé.
     

Je voulais te jeter des fleurs, t’emmener faire un tour ailleurs
Marcher dans les jardins des heures.
Je voulais te jeter des fleurs, sentir le parfum du bonheur
Ne plus jamais compter les heures.
Je voulais te jeter des fleurs, sentir le parfum du bonheur
Ne plus jamais compter les heures.
   

                                                                     F.PAGNY

bouquetsderosesmodif.jpg

                   

A vous mes ami(es)…

14copie11.jpg

     

Le coeur abandonné et l’esprit en état d’érrance 

  

A vous mes amis (es),

                            Je vous confesse ma détresse

Et ma soif de tendresse.

Je vous confesse mon soupir,

D’un cœur qui se déchire,

Quand le temps efface mon sourire

Et que mes rêves deviennent souvenirs.

 

A vous mes amis (es),

Je vous confesse ma douleur,

Mon chagrin et mes malheurs.

Je vous confesse mes pleurs,

Mes angoisses et ma peur.

 

A vous mes amis (es),

Je vous confesse la solitude,

D ‘un cœur abandonné dans les Bermudes,

Je vous confesse mes tourments,

Mes regrets et ma déception,

Lorsque mes paroles se noient au fond de mes émotions.

 

Oh! vous mes amis (es),

Si avec vos mots si réconfortants

Et votre cœur plein d’affection,

Vous pouviez guider mes pensées

Qui deviennent tourbillon dans un esprit en état d’errance

Et délivrer mes mots qui s’emprisonnent dans un mur de silence.

prod363121473.gif

Si tu peux…

       

SI TU PEUX…

Si tu peux voir détruire l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot, te mettre à rebâtir
Ou perdre en un seul coup, le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir;  

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter les sots,
Et d’entendre mentir sur toi des bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux ne soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir septique ou destructeur,
Rêver sans jamais laiser ton rêve être ton maître,
Penser sans jamais n’être qu’un penseur;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent;
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral oui pédant;


Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand les autres les perdront;

Alors les Dieux, les Rois, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamis tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras un homme, mon fils.

                                          RUDYARD KIPLING


Si vous partagez cela avec moi, je serais ravi et heureux de l’apprendre que nous nous retrouvons dans ces mots.
Pour les autres, soyez rassuré(e)s, j’aime aussi la difference, parce qu’elle nous enrichie, si nous savons l’exprimer avec le respect que chacun de nous mérite.

prod363121471.gif

Bonne année!

 

Bonne année! 254259-natale9rb1pk1

A toutes celles et ceux qui consacrent un peu de leur temps précieux à la lecture de ce blog,

Je vous souhaite mes meilleurs vœux pour la nouvelle année. Que cette nouvelle année 2011 vous apporte santé, joie, bonheur, prospérité et qu’elle vous permette la réalisation de tous vos désirs et projets à venir ……

prod36312147.gif 

 

La petite pensée du jour…

            

« Si on devait enfermer tous les râleurs

 dans un placard,

il ne resterait pas grand monde

pour fermer les portes »

prod363121475.gif

Mon chemin

                                                                  

De Nulles parts…

          

jrf9i5gh.jpg

                     

Vers l’infini…

prod363121474.gif

La messagerie du coeur…

messagerieducoeur3.jpg

AUX FILLES DE LA TOILE

Que s’allume en cliquant le regard au hasard
Qui incendie de mots cet écran d’insomnie
Là où lasses les nuits délaissent les amarres
Pour tanguer du clavier vers vos messageries

Que sur le web naissent quelques phrases qui chutent
Dans la solitude des e-mails sans réponse
Et qui errant parmi nos pauvres vies hirsutes
Illuminent nos cœurs de leurs coups de semonce

Envoyez vos photos vos reflets de beauté
Afin de les graver aux confins des promesses
Imprimez vos canons sur nos micros matés
Prenez nos chairs vives virtuelles déesses

Et qu’enfin s’offre aux mains qui pianotent sans fin
Le corps noctambule que l’on travaille au noir
Dotez ces aveugles ces muets meurt-de-faim
De l’obscure statue où s’ausculte l’espoir

prod363121473.gif


1234

Auteur:

tigrenoir

juin 2017
L Ma Me J V S D
« jan    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Pages

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Pro-Ana For Love |
algolefox |
pommepoire |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | priscilamarien
| emma-g
| bleusalame